Les Berges de Conflans

Belle performance de nos andresiens sur les Berges de Conflans ce samedi 01 décembre. Le club ressort avec trois victoires sur l’épreuve du 5km, celle de Clément Cedoz chez les juniors en 17min44, de Florentin Roulet chez les minimes en 19min25 et de notre duo handisport composé de Luis Gueirrero (malvoyant) et de son guide du jour : Carine Broux. A noter également la belle 3e place pour Carole Foulon en senior en 22min48 😊 Sur le 15km, beau tir groupé de nos deux représentants avec la 5e place d’Antoine Letessier en 57min49 et la 6e place de Thomas Lemaire en 58min38.

Les résultats : Cliquez ici

Les photos de Jim : Cliquez ici

Le CR de Florentin :  »C’est la deuxième année que je suis au TCA, quelques années avant, j’étais au PLM Conflans l’organisateur des Berges. L’ambiance ne me plaisait pas alors j’ai changé plusieurs fois de sport jusqu’à arrivé au TCA. C’est juste génial, l’ambiance, tout. C’est là que je commence à vraiment m’amuser, j’adore le sport en général mais encore plus le triathlon. Je commence à faire quelques podium, je m’éclate. Le parcours était sympa, pas trop glissant mais il y’avait du vent. GO TCA. »

Le CR de Thomas :  »En arrivant sur la ligne de départ je réalise tout de suite qu’on est moins nombreux et je vois surtout que les gros balaises habituels ne sont pas là. Le départ est donné, le premier km est plus l’an que l’année précédente, 3:44, je suis dans le top 10 alors que l’an passé c’était 3:35 top 40. En dehors des 3 premiers qui sont vraiment au dessus le rythme est assez homogène. Les premiers écarts se feront dans la montée pour rejoindre le parc du centre ville. Antoine part avec un autre gars devant ils sont en 4 et 5, à ce moment je suis 6, j’ai le 7ème sur mes talons. Le classement e bouge pas sur les quais, je n’ai pas été gêné par le vent, et même je me suis senti assez bien avec le vent dans le dos jusqu’à la fameuse côte des laveuses. Antoine et le 5ème ont une centaine de mètres d’avance, l’écart n’avait pas bougé sur les quais. Par contre arrivé dans la côte on a bien vu qu’ils étaient beaucoup plus fort, ils ont doublé l’écart qui nous séparé. Il s’agissait
Maintenant s’essayait de garder ma place contre le 7eme. Après la côte je sens que je reprends un peu mieux. Je le tourne, j’ai 20 m d’avance, on est au 12ème km. Arrivé au 14km, on est sur le point de rentrer sur le stade, la fin de profile, et là le père Noël me dit que le 7eme revient !!! Je monte un peu le rythme, je dois déjà être à 3:45 du km, j’entre sur la piste je le vois à une dizaine de mètre. C’est le moment de tout donné, je dois monter à 3:30, dans ma tête, j’ai monté le curseur à fond ! Rapidement j’ai le cœur qui cogne, il faut tenir, je me tourne avant le dernier virage, je vois que j’ai mis la distance ! Maintenant je regarde le chrono, je vois 58:21, je donne tout ce qui me reste ! Arrivé 58:37. Mon nouveau record sur l’épreuve et une 6eme place ! Une bonne perf, je suis contant. Prochain objectif faire un top 10 avec Manouille à Franconville sur le Bike and Run la semaine prochaine 🤩 »

Le CR de Luis :  » 5.000.000, c’est le chiffre du jour !!! oui oui vous avez bien lu, je ne suis pas allé sur la lune ni sur Vénus ou Mars … car la météo était mauvaise, pluvieuse et visibilité réduite pour le décollage de mon vaisseau pour l’espace et rejoindre Darkvador et lui casser la gueule avec ma canne blanche au rayon laser rouge, tu as eu de la chance mon gars !!!! Eh bien oui c’est la nombre en millimètre, non vous ne rêvez pas, sur la distance parcourue cet après-midi avec Carine Broux ma guide du jour sur les berges de la Seine.
Tous était prêt pur cette belle mise en scène d’un star wars et son file d’Ariane guidé non pas par Alf l’extra-terrestre qui mangeait les chats, ‘’hummmm j’adore les chats !!!’’, mais à la Broux, celle qui ne connait pas sa droite de sa gauche ….Donc je lui proposais le mercredi 14.11 à l’arrache de faire ce parcours ensemble, et un objectif de 40 min, elle refusa ce chiffre le trouvant trop long.
Mais je lui rappela que nous sommes dans une période météorologique à ne pas sortir un Luis dehors, ‘’ c’est pas mon problème’’ et me ramena le chiffre à 30minutes, et vendredi à la projection du film j’ai négocié à 32’30’’ …Carine sur la rampe de lacement était stressée, hors mis le 3000m du challenge du club nous n’avions pas couru ensemble et son problème de confondre la droite et la gauche ne la rassurait pas forcement, je la sentait stressée …
Tous les participants étions sur la rampe de lancement, Carine et moi bénéficions d’un depart avancé de 20’’, elle n’était pas rassuré quand les torpilles nous doublaient de tous les côtés et certains nous coupaient la trajectoire. J’ai décidé de faire la course à 110%, si j’explose car pas d’entraînement ppg en cap ce n’est pas grave, j’irai rejoindre les étoiles, et nous avons eu le coup de sifflet pour nous et hop je me suis mis au taquet de suite, j’ai entendu un coup de feu peut de temps après mais ouf nous n’étions pas visés, c’était le départ pour les lièvres !!!! Finalement je n’ai pas été voir les étoiles, même si sur le dernier km j’étais vraiment 100 % et sans pouvoir accélérer mais sans ralentir !!!! 😊 cool …Et plus la ligne d’arrivée et le 2e chiffre du jour, le chrono au scratche 29’05’’, objectif réalisé
Merci Carine pour cette belle course et nous avons glané une coupe en handisport. Par contre sur tout le parcours Carine disait bonjour à ses anciennes coéquipières du club de Conflans et tu ne m’a même pas présenté, c’est pas bien ça, j’avais l’impression d’être transparent, je recherche toujours ma Vénus, si personne ne m’aide je vais pas y arriver !!!!
Je progite de ce Cr pour un petit clin d’œil à Asdine, même si ma cheville n’est par rétablie de ma chute à la con de notre 10 km, j’ai rien lâché j’ai respiré comme un bœuf , je n’ai rien dit à Carine sauf à l’arrivée mais je voulais faire mon de 30 minutes, et dans ma tête je t’entendais à me pousser le cul, merci biz à toi. Je cherche un guide pour le 16.12 pour le 10 km de Poissy en faveur des Resto du cœur de Coluche, je souhaite y participer mais j’ai besoin d’un ou d’une guide même sans expérience, c’est sur le tas que l’on apprend le mieux, merci de me le faire savoir via Kevin ou Laurent le plus rapidement possible pour les inscriptions. Carine, ‘’j’adore quand un plan se déroule sans accrocs !!!’’ merci biz , sans toi je n’aurais rien fait aujourd’hui. Merci aux organisateurs et aux bénévoles de votre soutiens et d’voir pris en comte mon handicap pour le départ de cette course. Bravo aux participant du TCA, les chronos que vous avez fait un truc de ouf, vous m’obligez à m’améliorer et à bouger mon cul pour ne pas être ridicule, les gars vous êtes relou merde courez moins vite !!!! »
PS : Sandra je suis passé du 1000 aux 750 feuilles, j’avais que 4 épaisseurs ….biz à ma warrior préféré. »

La Saintelyon

Véritable monument du trail français, la SaintéLyon accueillait cette année près de 17 000 traileurs dont 3 membres du TCA sur la distance reine, le 81km. Nos trois hommes, Sébastien Beucherie, Christophe Millot et Yves Corriou ont du affronter une météo très difficile et un dénivelé de 2100m D+. Le départ a été donné vers 23h30. Yves a malheureusement été contrait à l’abandon vers la mi-course. Pendant ce temps la, Sébastien fonce vers la ligne d’arrivé et termine en 9h46 pour une superbe 480e place. Derrière, Christophe conclue l’épreuve en 11h40 !

Bravo les gars 🙂

Les résultats : Cliquez ici

Le Trail de l’enfer

Le sport n’est pas un long fleuve tranquille. Après avoir enchaîné les belles performances cette saison dont une qualification pour le championnat du monde Xterra, une victoire sur le trail de Jouy-le-moutier ou encore le record du club sur le 5km d’Andrésy, Sandra Furtak vient de stopper malencontreusement sa belle série. Alors 6e du 14km du trail de l’enfer, notre copine s’est vrillée la cheville à cause de la boue, la contraignant à l’abandon. Blessé à la cheville, elle est pour le moment auprès de la croix rouge et nous tiendras au courant de la suite.
Nous lui souhaitons un bon rétablissement et un retour encore plus en forme 💪
Bise Sandra 😘

Newsletter

La newsletter du mois de novembre est disponible sur votre boîte mail. Pour toute demande d’informations à ce sujet, merci de nous contacter via andresytriathlon@outlook.fr

La séance à pied de Manu

C’est aussi ça l’actu du club, la séance course à pied tout ce qu’il y a de plus standard de Manu. Ça méritais bien un petit compte rendu :  » Magnifique sortie bien rythmé sous le soleil napolitain. Je suis parti assez vite, mais j’ai du m arrêter au 2eme carrefour, au niveau de la piazza Jupiter, afin d admirer les restes de mes ancêtres. Puis j ai gardé une bonne allure jusqu’à l amphithéâtre. Maintenant repos avant le B&R de franconville »

Triathlon de l’Ile Maurice

On termine les news du jour par le superbe récit de Nicolas Mercier suite à sa participation au plus beau triathlon du monde :

L’Indian Ocean Triathlon, un triathlon magique
Les photos parlent d’elles même, une mer bleue turquoise, de la chaleur, du soleil avec une bonne dose de palmiers, c’est ce que l’on va chercher lorsque l’on part à l’ile Maurice, Nous n’avons pas été déçu.
Le Voyage
Lorsque l’on part si loin, la logistique est importante : lectures des règles de transport des bagages, préparation du vélo dans son carton ( solution que je conseille à qui veut optimiser le poids tout en protégeant efficacement son vélo) et checklist des objets à emmener impérativement quand on débarque au Morne. Je trouve aussi la solution pour qu’avec le poids qui nous est autorisé, le sac de kite fasse également parti du voyage, on ne peut pas partir au Morne sans son kite quand on est un ancien kite surfer. Après 2 vols et une escale à Dubaï, nous arrivons de nuit au morne dans un superbe hôtel, les pieds dans l’eau et sommes impatient de voir tout ça de jour. Dès le lendemain, le charme est au rendez-vous, la mer est splendide, la plage également et la vue sur la montagne qui caractérise cet endroit donne son charme à ce spot de rêve que j’ai vu maintes et maintes fois dans des vidéos de kite. Au programme de la semaine, vélo, natation, course à pieds, kite, snorkeling, natation avec les dauphins, plongée, apéros, buffets et visite de l’ile… la semaine prévue est bien chargée

L’avant –course
En fait, quand on veut profiter de tout ça, on n’optimise surtout pas la perf du samedi, mais l’objectif n’est pas là, on vient à L’IOT pour un tas de raisons et y venir pour l’intérêt sportif seul gâcherais en grande partie l’intérêt d’un tel séjour.
Dans ma tête, ce voyage est avant tout un cadeau pour ma Fan #1 et nos fiançailles.
Avec son alliance reçue à embrunman autour du doigt, elle méritait bien plus qu’une semaine de rêve pour lui rendre tout le soutient qu’elle m’a apporté. Son soutient m’a permis de réaliser tant de choses que je n’imaginais même pas en rêves il y a peu encore et me permet d’imaginer encore des projets aussi fou les uns que les autres…. Dans le but ultime de se sentir vivant, de s’épanouir et aussi d’avoir quelque chose à apporter à son entourage…. Je ne la remercierais jamais assez cela. Du coup l’avant course et très rythmée, briefing en début de semaine pour connaitre l’organisation de la semaine, croisière en bateau pour recevoir son dossard avec de sympathiques personnes , Cyril Viennot et Toumy Degham en font partit, reconnaissance CAP à nouveau avec les pro, reconnaissance à vélo avec mon idole JAJA très sympathique, de bon conseils en natation par Florian au passage effectués sur la base de vidéo…etc.
Je n’oublierais jamais la magique nage avec les dauphins au lever du jour, c’était le rêve de Carole et s’en était aussi un des miens… un moment unique que je souhaite à tous. Les 2 plongées bouteilles étaient également magique, nous avons été honoré de la présence de 2 tortues vertes, majestueuses en pleine eau, se laissant approcher tranquillement pendant qu’elles vaquaient à leurs occupation… manger des algues.
Et bien sûr, quelques séances de kite sur un spot de rêve qui m’ont détruit les abdos mais comblé les yeux et encré des images de rêves… anciens kite surfeur, je rêvais de rider au morne. C’est chose faite. J’ai pris soin de regarder la fameuse vague One Eye qui prend naissance dans l’entrée de la passe dans la barrière de corail juste en face de l’hôtel sans m’y essayer afin de ne pas prendre de risque pour le triathlon du samedi.

La course
Après 5 jours magiques, le réveil sonne à 4h50 le samedi matin, je suis crevé de cette semaine mais ai une grande envie de profiter de ce triathlon de carte postale. Un petit passage au petit dej très léger prévu si tôt par l’hôtel où je me dis que le gâteau sport c’est quand même mieux que des banane et du café. De toute façon avec tous les mojitos de la semaine ingurgité avec nos nouveaux amis, on est plus à ca près. A 6h00 du matin le parc à vélo ouvre. Je pose mon vélo, coté vue sur mer. Je contemple plusieurs fois la mer comme si je n’y croyais toujours pas de voir ce paysage de mon parc à vélo. A 10 mètres de moi, Cyril Viennot, Toumy Degham, Laurent Jalabert, Marine Leleu installent leur vélo également dans ce petit parc d’une centaine de vélos… Je prends le temps de plaisanter avec nos amis et petit à petit on se retrouve prêt de l’eau attendant le départ donné par Loic, sympathique et jovial directeur de course.
Je prends soin également de transmettre à Marine Leleu le message de Guigui (partenaire du prochain projet de taré) et lui propose de dessiner la Joconde en mer sur une natation de 30 km. Elle va y penser Guigui 😉 Carole nous rejoins avant le départ, le temps de lui faire une bise et … c’est parti. Ayant raté la natation de reconnaissance pour être avec les dauphins puis les tortues, je découvre ce plan d’eau. Une pensée pour Jeff, on a pied partout, tu peux y aller. Du coup il faut faire attention aux patates de corails car parfois, il n’y a pas assez d’eau, j’en toucherais d’ailleurs sérieusement une, plongé dans ma concentration pour essayer d’appliquer les conseils de Florian, je n’ai pas regardé devant. Il y a un fort courant, et dès le passage de la première bouée on lui fait directement face. Je profite de la vue, de l’eau avec cette visibilité totale et des poissons qui parfois défendent leur territoire en attaquant gentiment quelques triathlètes. Dès 1000m à peu près, je sens des brulures sous les aisselles et regrette de ne pas avoir pensé à mettre de la vaseline, et oui, sans combi et dans la mer, le sel agresse nos petites aisselles et je finirais la natation avec une sensation de boule de feu sous les bras.
Cette natation restera gravée dans ma tête comme une des plus magiques en course… J’arrive sur la plage, croise carole (que j’avais déjà vu à la sortie à l’australienne) et pars pour une transition éclair…. C’est parti pour le bike. Sur le vélo, je me sais en forme bien inférieure à celle du 15 aout et ai bien la côte de Chamarel en tête depuis la reco. Je pars prudemment sur la première partie plate, monte les 3 – 4km de Chamarel avec les passages à 17 % en retenue et utilise sans grande aisance mon 32*34 qui équipe mon bike depuis mon premier Embrunman.
La descente est un peu dangereuse, je suis prudent… et dès le plat, j’envoie sur la partie « vent de face »….avec 5 beaux drafteurs derrière mois…
Ils me laissent rouler, se refont la cerise, puis roulent devant sans vraiment partir me forçant à lever un peu le pied pour ne pas drafter (et oui, l’éthique c’est important pour pouvoir se regarder devant la glace le matin) et en restant à mon rythme je me retrouve très rapidement devant, à nouveau avec 5 triathlètes aux fesses… je tolère une fois, à 2 ca me gonfle un peu mais au bout de 7 km je deviens tout rouge et leur dis qu’ils devraient penser à changer de sport et faire. Du cyclisme. Ils comprennent le message avec plus ou moins d’humour mais me laissent partir seul dans les secondes qui ont suivies. Je vais pour voir profiter normalement de la fin du parcours vélo. Je fini mon aller face au vent en appuyant assez fort et dès le demi-tour, vent derrière, c’est un bonheur. Toujours aussi dure mais à presque 40 km/h l’effort n’est plus le même. La vue sur la mer turquoise détourne mon attention et l’effort parait plus facile…( qu’est-ce que ça doit être au Northman… inimaginable, quand on est à l’île Maurice) Je finirais le vélo dans ce sentiment de bonheur en essayant de profiter de chaque seconde de cette fin de parcours.
J’ai le grande joie de retrouver ma Fan#1 à la fin du vélo, pose mon vélo face à la mer et enfile mes chaussures, mon attirail « spécial » chaleur. Et je pars…La chaleur, la chaleur. Ce sera le mot de la course à pied, 12km en 3 boucles ou seul un petit passage près du spot de kite sera venté et permettra de se rafraichir. Ailleurs, pas de vent, on rêve du prochain ravito pour boire et surtout, Pour s’arroser.
Je fais la première boucle sans grande aisance autour de 11 km/h, puis au deuxième tour, je suis rejoint et suivi par Sandrine (une amie de l’IOT) qui me semble bien mais qui en bave au moins autant que moi. Je décide de tout faire pour l’aider dans mon troisième tour qui sera pour elle le 2eme. La fin d’un tour est MAGNIFIQUE, le passage dans le sable le long de la mer, dûr (ou plutôt mou pour le sable), chaud mais magnifique. Les plagistes assis dans les 2 hamac avec le cul dans l’eau qui nous encouragent nous narguent un peu…. Beaucoup même.. mais ce bleu turquoise reste hypnotisant. J’arrive enfin sur la finish line et suis super content que ce soit fini. La ligne d’arrivée est top avec ses feuilles de palmiers, la médaille en verre aussi. Un triathlon mémorable qui laissera de belles images dans ma tête pendant longtemps. Il n’y a plus qu’à fêter cela avec nos nouveaux amis. Dieppois, de Saint-Nazaire, de la Maurienne, de Strasbourg et de Nantes avec des Mojitos et de Pina Colada. Pour le reste.. regardez les photos.. SI vous le pouvez, allez-y, pour l’IOT mais aussi pour y faire de belles rencontres humaines et animales… »